Les propriétaires de chats courent deux fois plus de risques de souffrir de ce trouble mental...

Cela vous ferait-il changer d'idée si vous songez à adopter un chat?

Pas Bêtes Du Tout
Pas Bêtes Du Tout
Publié il y a 1 mois
Les  propriétaires de chats courent deux fois plus de risques de souffrir de ce trouble mental...
Adobe Stock

D’après une étude, les gens qui ont un chat comme animal de compagnie ont deux fois plus de risques de développer une schizophrénie que les autres personnes.

La théorie a été publié dans le Schizophrenia Bulletin par des chercheurs australiens. Il semble y avoir un  lien entre la schizophrénie et la possession d’un petit félin.

 L’équipe de recherche est arrivée à ce après avoir   analysé 17 études différentes publiées au cours des 44 dernières années, dans 11 pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni.

En 1995  une étude a entre autres émis l’hypothèse que des cas de schizophrénie pourraient être causés par le parasite nommé Toxoplasma gondii, qui est excrété via les selles ou la salive des chats infectés.

Ce parasite peut infiltrer le système nerveux et provoquer des problèmes de personnalité, des symptômes psychotiques, ainsi que troubles neurologiques, incluant la schizophrénie. Par contre, après 29 ans, la théorie n’a pas toujours été confirmée.

D’autres études ont affirmé que le fait de vivre  avec un chat pendant l’enfance pouvait rendre une personne plus à risque de développer une schizophrénie. Mais encore une fois,  rien n’a pu confirmer que le Toxoplasma gondii est vraiment à l’origine de troubles schizophréniques.

Les  propriétaires de chats courent deux fois plus de risques de souffrir de ce trouble mental...
Adobe Stock

« Après ajustement pour tenir compte des covariables, nous avons constaté que les individus exposés à des chats avaient environ deux fois plus de risques de développer une schizophrénie », affirment toutefois les chercheurs australiens de cette étude.

Par contre, ces chercheurs admettent qu’ii faudra approfondir le sujet pour être bien certains du lien éventuel entre la possession d’un chat et la  schizophrénie.

Articles recommandés: